Le Karma

karma thérapeute energeticienne

Le Karma

Le Karma

Très à la mode en nos jours, le karma est pour beaucoup un mauvais œil, une punition, ne pas avoir de la chance mais qu’est-ce vraiment le Karma ?

roue de prière - thérapeute energeticienne

C’est quoi le Karma pour les tibétains ?

Le karma est un concept très simple. Karma veut dire en sanscrit « action ». Dans la vie, toutes actions génèrent la même réaction, loi d’attraction bien connu du monde actuel.

Le karma n’est pas comme nous pourrions le croire dans les pays occidentaux, une punition que la vie nous impose. Le karma est juste une manifestation de notre ignorance entre le bien et le mal.

Chaque souffrance, vécue sur le chemin de vie, est une réponse, un message pour nous faire comprendre ce que nous avons fait de mauvais, d’en prendre conscience et de mettre en place des actions pour accomplir le bien face à certaines situations.

En réfléchissant sur les actions faites sur notre chemin, nous comprenons ce que nous devons changer dans notre vie, pour ne pas reproduire le karma.

C’est de là, que nous pouvons comprendre les enseignements bouddhistes par la formule « la connaissance efface le karma » et le pardon ainsi que l’absolution prenne toute sa signification.

Une réflexion sur le karma par l’histoire du « Marchand de pierres précieuses »

A l’époque où le Prince Siddharta Gautama commença ses enseignements vivait un opulent marchand de bijoux disciple du Bouddha.

Un soir qu’il revenait d’un voyage en bateau sur une île proche de la côte indienne et pendant lequel il profitait sur le pont de la fraîcheur de la nuit, le marchand entendit dans l’ombre deux malfrats faisant le projet d’égorger passagers et membres d’équipage endormis, de jeter les cadavres à la mer et de s’emparer du bateau et de toutes les richesses qu’il recélait.

N’écoutant que son courage, le marchand se rua sur les bandits, les tua et les jeta à la mer.

Torturé par le remords, notre marchand se rendit à peine débarqué chez le Bouddha et se confessa à lui.

La réponse de Bouddha l’éveillé fut la suivante.

« Ne te tourmente pas car tu as bien agi.

En prenant deux vies tu en a sauvé cinquante y compris la tienne.

Mais surtout en empêchant le crime des deux bandits, tu leur as permis de mourir avec un karma moins lourd que si tu les avais laissés perpétrer leur crime. Tu leur as ainsi assuré une prochaine incarnation meilleure ».

Je vous invite à méditer sur cette histoire pour comprendre le karma et la compréhension des actions.

 

C’est quoi la loi du Karma ?

Chaque action entraîne une réaction.

Cette réaction nous revient à nous telle que nous l’avons lancée dans l’univers.

En résumé, nous récoltons ce que nous semons. C’est la loi du karma ou la loi du retour.

 

C’est quoi une dette karmique ?

Selon l’enseignement du Bouddha Shakyamouni, les actions que nous faisons sont soit justes, injustes, mais rarement neutres.

Sur la route de la Boddhicitta, la voix du cœur, les actions justes accumulent des mérites et nous permettent de progresser pour aller jusqu’à l’éveil. 

Dans le cas contraire, les actions injustes comme proue - karma - therapeute energeticiennear exemple, mentir, voler, tuer, négliger son travail, manipuler les autres, tricher, et bien d’autres choses actions injustes entrainent une dette karmique et alourdissent le karma. Un jour, cette dette karmique devra être inversée, « payée ».

Pourquoi le karma n’est pas une punition ?

Toute personne qui a un karma, celui qui a fait une chose injuste, qui a fait du mal, n’a pas compris la nature de son action mauvaise, il est dans l’incompréhension de son action injuste. Il faudra donc revenir sur cette action injuste pour la comprendre et mettre en place des actions jusqu’à la compréhension totale des injustices commises.

 

Se libérer de son karma ?

Oui, tout à fait possible.

Comme il a été dit ci-dessus, il faut comprendre la situation qui a conduit à avoir un karma.

Une fois cette compréhension, la conscience de la nature de la mauvaise action commise, la personne est alors libérée de son karma en ayant totalement changée au plus profond d’elle-même.

 

Quels sont les chiffres du karma ?

Il y 4 chiffres étudiés pour le karma :

  • Le 13 : karma du travail
  • Le 14 : karma physique
  • Le 16 : karma affectif
  • Le 19 : karma autorité

Pour le 13, le karma de travail, une dette sur le travail, la personne n’a pas remplie ses obligations professionnelles dans une vie ou plusieurs vies antérieures.

Pour le 14, le karma physique, une dette sur les sens, sur la personne physique, ce karma peut être plus ou moins lourd. Le karma physique peut venir d’une attitude de débauche sur le plan physique, drogue, sexe, violences, harcèlements.

Pour le 16, le karma affectif, une dette au niveau de l’esprit, ce karma porte sur des antécédents de type perversion sexuelle, relations ambiguës voir nocives.

Pour le 19, le karma d’autorité, une dette au niveau du pouvoir, excès d’autorité, abus de pouvoir, exploitation des plus faibles.

Suivant sa place dans la numérologie karmique tibétaine, le karma sera totalement différent et proviendra de situations plus ou moins graves.

 

Est-ce que j’ai plusieurs karmas ?

Non, nous n’avons qu’une seule dette karmique par vie.

 

Est-ce que c’est grave d’avoir un karma ?

Il n’est pas grave d’avoir un karma, l’importance est de prendre conscience de ce karma et de mettre en place des actions pour être dans la justice et ne pas reproduire ce karma dans une vie à venir.

 

Quelques paroles sur le Karma :

« On ne peut mettre fin au karma qu’en mettant fin à l’ignorance ».

S.S. le Dalaï-Lama

 

« En tant qu’être humain, chacun de nous porte la responsabilité de la progression de l’Humanité dans son ensemble ».

S.S. le Dalaï Lama

 

« Être homme, c’est être responsable ».

Antoine de Saint-Exupéry

 

Comment je peux connaître mon karma ?

Soit en réalisant vous-même le calcul du karma, soit en faisant réaliser un thème Numérologique Karmique Tibétain, vous pouvez effectuer directement sur le site votre NKT, ici.

Des questions sur la NKT, prenons contact !

 

Remerciements :

Je remercie tous les enseignements à Christophe Girardin Andreani qui enseigne les approches naturelles de santé, devenu enseignant en phytothérapie à l’université de Paris 13, avant de fonder sa propre école, Phytocorsa. Lama Chimé Rigdzin Rinpoché (Christophe Girardin Andreani) a reçu le nom de Chimé Rigdzin en novembre 2012 par Khamtu Rinpoché, dans un Temple du Norbulinka Institute de Dharamsala.

Sources: enseignements Phytocorsa